ALTER EUROPA
Editions
  • Dette Perpétuelle


    LA DETTE PERPÉTUELLE : AVENIR OU CHIMÈRE ?

     I. HISTOIRES DE DETTES.

    Rien ne vient jamais du néant dans le monde des humains, surtout pas dans le domaine monétaire et financier.

    Lire la suite sur :


    Cet article, apparemment "anodin", prend une coloration particulière avec ce billet sur l'inconséquence de la BCE, des autres Banques Centrales et de la Haute Finance Européenne :

    "Les rendements obligataires sont poussés vers des niveaux toujours plus bas, ce qui incite les investisseurs à se tourner vers des placements toujours plus risqués. Les cours et les taux d'intérêts n'expriment plus les risques réels.

    Les obligations allemandes, référence européenne en matière de taux, offrent un rendement négatif jusqu'à neuf ans ; sur 10 ans le rendement n'est que de 0,05% (France 0,30%). Les rendements obligataires en Suisse sont également négatifs jusqu'à 10 ans.

    Les Treasuries atteignent tout juste 1,90% sur 10 ans. Récemment au bord de la faillite, l'Espagne vient d'émettre un emprunt sur 30 ans à 2,07%.

    Pour la première fois dans l'histoire, le Mexique a émis des obligations en euro à échéance de 100 ans (qui peut savoir si l'euro existera toujours, sous sa forme actuelle, dans 100 ans ?).

    Quel émerveillement quand sera émise pour la première fois une obligation de 1 000 ans ! Et pourquoi pas d'une durée éternelle puisque la dette publique ne sera jamais remboursée ? "

     

    "Des marchés financiers déroutés par une courbe des taux déformée…"

    Dr Eberhardt UNGER, CHRONIQUE AGORA, le 22 avril 2015

     

     



  • Ce que veut la Haute Finance Européenne pour les dix années à venir...


    "Les sacrifices nécessaires en Zone Euro pour les dix années à venir"?

    Voici "la feuille de route" remise à nos gouvernements par la Haute Finance....


    Le Discours de JC TRICHET, Gouverneur de la BCE, 27 août 2010, (notre traduction)
    "Les enjeux macroéconomiques : la décennie à venir".
    https://docs.google.com/fileview?id=0B4Oh-nMZdPlBMGI3OTI4N2MtMDExMS00NTI2LThhNDQtZjY4ZjYwOGFiNDI5&hl=fr


    Speech of JC TRICHET, President of the ECB, 27 August 2010,
    "Macroeconomic challenges : "the decade ahead" 

    https://docs.google.com/leaf?id=0B4Oh-nMZdPlBYWY2OWU5YWEtOWNlNC00Mjk1LWJjMWMtMGU4MTY1NWJmNDdh&hl=fr


    Voici surtout où "la feuille de route" de la Haute Finance nous conduit....



    Fin de Régime : Le Durcissement est Inévitable...
    https://docs.google.com/leaf?id=0B4Oh-nMZdPlBYmExOWY4NjEtMmYwNy00OWZjLWFjMjctYTNlMjk3MDFiZTA2&hl=fr






  • Fin de Régime, le durcissement est inévitable...


    Cet article (publié par MEDIAPART le 22 octobre 2010) était prémonitoire.

    https://docs.google.com/viewer?a=v&pid=explorer&chrome=true&srcid=0B4Oh-nMZdPlBNDIzNDc4ZGEtZmJiMy00YzlkLWEzOGItMTgxYmVmODI2Mzhl&hl=fr

    Toutes les Banques Centrales utilisent l'arme de la fausse monnaie pour sauver les banques commerciales...

    Elles utilisent aussi l'arme des taux de refinancement au taux ZÉRO, voire à taux NÉGATIF, non pas pour "relancer l'Economie Réelle" mais pour "sauver les banques". 

    En visant cet objectif, elles déstabilisent complètement les groupes d'assurance, les fonds de pension et certains fonds d'investissement qui gonflent la bulle des marchés boursiers.  

    En 2015, les premiers signes apparaissent : les retraites complémentaires sont menacées.

    Mieux, une masse démesurée de liquidités risque de se reporter subitement sur les actifs réels et sur les matières premières d'origine agricole, en portant atteinte à la survie même des peuples.

    Les révoltes sont latentes et les révolutions peuvent se mettre en marche à tout moment... 

    Un mot de trop, un mot malheureux, une simple rumeur ou une manipulation des masses peut déclencher "les masses". 

    Nous sommes dans une Fin de Régime.

    Il n'y a plus d'alternative pour le Système Monétaire International, les Banques Centrales et les Organisations Internationales ayant utilisé leurs pouvoirs dans la DÉMESURE (Hybris, ou Ubris) la plus débridée..



  • Traité de Lisbonne


    Dès son élection, le nouveau président français s’est donné pour priorité de « vendre » un MINI-TRAITÉ CONSTITUTIONNEL à l’ensemble des dirigeants européens : le Traité de Lisbonne a finalement été proposé aux Irlandais, sans être soumis à un nouveau référendum aux Français et aux Néerlandais (qui avaient dit NON au texte du Projet de Traité Constitutionnel Européen, identique sur le fond).

    Dans un climat malsain de NON-DIT, la Commission Européenne et le Parlement Européen restent sourds : ils veulent INSTITUTIONNALISER L'INDEPENDANCE ABSOLUE DE LA BANQUE CENTRALE EUROPEENNE...

    ... et cela, malgré "La gestion (désastreuse) de l'euro". Voir notre deuxième ouvrage.

    Et donc, la BCE des Hauts Fonctionnaires - Banquiers, les paradis fiscaux et les paradis sociaux ne pourront plus être remis en cause sans l'accord de tous les pays, ensemble et sans exception, au prétexte que : "Ce qui a été signé par tous les Etats-membres ne pourra être défait sans l'accord de tous les États-membres, ensemble et sans exception"

    Dans vingt-trois pays sur vingt-sept, l'avis des peuples n'était pas nécessaire... 

    Mieux, en Allemagne et dans d'autres pays, le référendum est anti-constitutionnel... 

    La démocratie est morte.

    En fait, c’est le système politique de l’Union Européenne qui n’est pas sain : c’est ce système de l’Aréopage (pouvoirs exorbitants de la Commission et Présidence Tournante) qui a tué la Démocratie en Grèce Antique… et qui tue notre Démocratie deux mille cinq ans plus tard… Voir notre premier ouvrage.

    Et voici que, de nouveau, ils ont modifié ce TRAITE DE LISBONNE (qui, lors de la consultations des peuples, ne pouvait pas être revu) pour garantir à la Haute Finance qu'elle pourra continuer à PERCEVOIR DES PRIMES DE RISQUE sur les dettes des États... grâce aux AGENCES DE NOTATION...

    Par contre, grâce à cette modification (et aux sanctions prévues), il n'y aura PLUS AUCUN RISQUE SUR CES DETTES...

    Quelles sanctions contre la Haute Finance? 

    Aucune, ni pour leurs erreurs passées, ni pour les erreurs à venir...